COMETE EUROPE, 2022

Le réseau LEMEL a obtenu un financement Procope, Ambassade de France en Allemagne, pour le projet COMETE EUROPE : Communauté de mémoire par textes éditoriaux sur l’Europe.

Un événement sera organisé en mai 2022 à Flensburg, Allemagne. 

S’appuyant sur le contexte européen, le projet COMETE Europe vise à éclairer le rôle du discours médiatique de commémoration dans la (re)configuration des repères mémoriels nationaux contemporains et la construction de l’identité européenne. Ainsi, les membres du projet visent l’étude de la constitution de l’Europe en tant que communauté de mémoire et de souvenir par les médias, dans le contexte actuel de la post-vérité.

Depuis une vingtaine d’années, deux champs disciplinaires se croisent de plus en plus afin de proposer des explications de phénomènes contemporains de production de sens. D’un côté, les études du discours et de l’autre côté, les études sur la mémoire ont à jamais brouillé les frontières de ce qui semblait immuable dans une épistémologie des disciplines : l’histoire aux historiens et les faits aux journalistes. Barbie Zelizer (1992, 1998) a démontré le pouvoir du photojournalisme dans la formation de la mémoire de l’assassinat de Kennedy et de l’Holocauste. Lang et Lang (1989) ont agencé la mémoire collective et les techniques journalistiques dans l’explication des événements. Teun A. van Dijk (1988) et Norman Fairclough (1995) ont statué sur l’existence d’un discours médiatique propre et surtout entrelacé avec différents réseaux de mémoire.

Les membres du projet s’inscrivent dans la continuité de ces travaux et abordent l’inscription dans la “mémoire publique” (Casey, 2004) ou la “kommunikatives und kulturelles Gedächtnis” (Assmann, 1995) du discours médiatique à l’occasion des commémorations. Les coordinatrices du projet ont déjà travaillé ensemble sur ce terrain et un ouvrage est en cours de publication pour Palgrave Macmillan (contrat d’édition signé) – Media discourse of commemoration. The Centenary of World War One in Europe (eds. Le, Radut-Gaghi, Silletti, Wagner). Cet ouvrage confirme l’existence d’un discours médiatique de commémoration, vérifié pour le terrain du centenaire de l’Armistice de 1918.

Dans ce projet, nous déplaçons l’attention sur la commémoration des événements historiques récents, de la fin du XXe siècle: la chute du Mur de Berlin en 1989; la réunification allemande en 1990; la dissolution de l’URSS en 1991, la dissolution de la Yougoslavie en 1992. Dans ces cas, le discours médiatique de commémoration semble endosser de nouvelles caractéristiques et rôles. Cette conversion est notamment rendue possible par le contexte de l’espace public actuel, empreint de remises en cause, de multiplication des expertises qui gagnent droit de cité, d’acceptation d’une multiplicité de vérités dans ce qu’on appelle l’époque de la post-vérité (Valadier, 2017; Delannoi, 2017; Troude-Chastenet, 2018), ainsi que du penchant le plus actuel du politiquement correct (Rosier, 2020), la “cancel culture” (expression entrée dans l’espace public par le biais des combats féministes et se répandant dans les médias à de multiples analyses, dont celles historiques). Ce projet vise donc l’étude de la participation du discours médiatique de commémoration à la (re)configuration de repères historiques nationaux et des constructions identitaires européennes, à la réinterrogation du rôle de l’histoire et des figures titulaires des récits historiques.

Plusieurs questions de recherche guident notre projet : Les discours médiatiques de commémoration participent-ils à la constitution de l’Europe en une communauté de mémoire ? Comment ces discours se positionnent-ils entre la politique de l’histoire, l’instrumentalisation politique de l’histoire, les manifestations des identités collectives ? Comment les médias participent-ils à une réévaluation intellectuelle des événements historiques récents ? Une (ou la référence à une) mémoire collective européenne partagée émerge-t-elle des médias ?

Méthodologie : Les membres du projet étudient un objet commun à l’aide de méthodes et outils provenant de disciplines proches. Cette apparente difficulté des réseaux de recherche internationaux a été l’un de nos points de vigilance lors des projets communs préalables. Notre approche du discours média de commémoration s’inscrit dans les trois composantes du discours: le langage, la pratique et le contexte (Angermuller et al., 2014).

1

Projet COMETE-EUROPE

Une démarche commune d’identification et de récolte a fait ses preuves et nous comptons l’enrichir grâce au projet en cours. Ainsi, nos réflexions théoriques et notre appareil méthodologique seront appliqués et testés sur des ressources médiatiques que nous constituerons en un corpus d’analyse. Nous nous pencherons sur les traitements des commémorations des événements récents évoqués plus haut dans les pays européens qui sont à la base de notre recherche, l’Allemagne, la France et la Pologne.

Pour ce faire, nous nous fondons sur deux types de sources. Premièrement, les versions en ligne des principaux quotidiens nationaux des pays concernés en ligne, en suivant la méthode de collecte et d’annotation déjà établie dans le cadre du réseau LEMEL-DIREPA (L’Europe dans les médias en ligne – Discours et représentations du passé de l’Europe -https://lemel.hypotheses.org/), auquel les coordinatrices du projet COMETE EUROPE participent depuis 2016. Les médias choisis sont Frankfurter Allgemeine Zeitung et Süddeutsche Zeitung pour l’Allemagne ; Le Figaro et Le Monde pour la France ; Gazeta Wyborcza et Rzeczpospolita pour la Pologne. Pour ce qui concerne les commémorations de 2019 et 2020, la collecte a déjà été effectuée. Une collecte est prévue aussi à l’automne 2021 au sujet de la commémoration de la chute de l’URSS.

Deuxièmement, nous nous appuierons sur les podcasts dédiés à la commémoration des événements ici considérés, disponibles sur les sites web ou plateformes en ligne de deux radios nationales par pays. Pour la France, il s’agit de France Info et France Culture ; pour l’Allemagne Deutschlandfunk et Deutschlandfunk Kultur.

Tout le corpus sera constitué en base de données sur la plateforme Heurist, comme c’est le cas pour la collecte LEMEL-DIREPA depuis 2019, ce qui facilite un traitement global pour l’ensemble des pays, des analyses comparatives ainsi que des approches spécifiques de sous- corpus.

Facilitée par la post-vérité en tant qu’ambiance médiatique, réalité discursive et attente citoyenne, la participation du discours médiatique au récit historique, si démontrée lors des recherches COMETE EUROPE, sera une avancée dans le domaine croisé des études du discours et des études sur la mémoire. Méthodologiquement, le travail issu du projet vise à valider la méthode d’analyse multimodale (Kress 2009) articulant données textuelles, données audio, données visuelles et données audio-visuelles pour créer un espace médiatique européen et contribuer à l’européanisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.