Projet DIREPA

En septembre 2017, est lancé le projet DIREPA-Europe (Discours, représentations, passé de l’Europe) 2017-2019. Les partenaires sont Europa-Universität Flensburg (Hedwig Wagner), l’Université de Cergy-Pontoise (Luciana Radut-Gaghi) et l’Ecole nationale d’études politiques et administratives, Bucarest (Denisa-Adriana Oprea). Le projet a reçu le soutien de l’Université franco-allemande.

Le projet DIREPA-EUROPE propose de traiter du rôle des médias en ligne dans le circuit de la communication et/ou de l’incommunication sur le passé trouble de l’Europe. La recherche visera à comprendre la place des médias en ligne (y compris les médias sociaux) dans la transmission du discours sur la mémoire et le passé, et notamment ses articulations avec le discours de la société civile et les discours politiques. La visée générale de la recherche est double : d’une part, examiner la manière dont les médias convoqués représentent le passé / les passés de l’Europe ; d’autre part, identifier la place du contre-discours, de la contradiction, de la controverse au sujet du passé dans la constitution de l’espace public européen.

Des objectifs très généraux de DIREPA-EUROPE seraient :

  • la comparaison synchronique et diachronique des représentations du passé de l’Europe dans les médias en ligne et entre différents pays européens primordial en France, en Allemagne et en Roumanie ;
  • la comparaison des narrations sur le passé dans les différents pays;
  • l’analyse du circuit du discours sur le passé entre les médias en ligne, la société civile, les discours politiques;
  • l’analyse du contre-discours comme logique argumentative et comme élément constitutif de l’espace public européen.

Les questions de recherche sont :

  • Quelles représentations de l’Europe se forment dans, se formulent par, proposent les médias en ligne?
  • Quelles représentations du passé trouble dans les différents pays européens et quelle communication avec d’autres pays dans la formation de ces représentations?
  • Quelles narrations du passé dans les différents pays?
  • Quelle est la spécificité des médias en ligne dans le traitement du passé européen et quelle est leur place dans le circuit de la formation et de la transmission des narrations, à côté de la société civile et des discours politiques?
  • Quelle place pour les médias en ligne dans un potentiel programme de « reconnexion à l’Europe » des citoyens?

Le projet DIREPA vise à proposer trois formations et ateliers de travail autour d’une méthode d’analyse du discours nouvelle qui traite du discours sur le passé troublé de l’Europe: 2017 à Flensburg, 2018 à Cergy-Pontoise, 2019 à Bucarest. A la fin des trois ans du projet, un outil d’analyse du discours en ligne sera proposé.

La première école thématique aura lieu les 9-11 novembre à Flensburg (téléchargez ici l’ Appel pour l’Ecole thématique Traitement médiatique en ligne de l’Europe DIREPA). Elle s’adresse aux étudiants en M2 médias, communication, études européennes, histoire, aux doctorants et aux docteurs ayant soutenu leurs thèses il y a moins de 5 ans. Les candidatures se feront par mail, avant le 22 septembre 2017, aux adresses Hedwig.Wagner@uni-flensburg.de et luciana.radut-gaghi@u-cergy.fr et devront contenir un CV du candidat ainsi que l’idée d’un projet de recherche de 10 lignes en lien avec la problématique de l’école thématique, que les candidat(e)s mènent en ce moment ou qui les intéresse. Les organisateurs de l’école prennent en charge la formation et le séjour à Flensburg des participant(e)s. Le transport est à la charge des candidat(e)s. Les langues de travail seront le français et l’allemand, et l’anglais en cas de besoin.

 

Réseau

Huit pays partenaires font actuellement partie du réseau LEMEL :

Université de Cergy-Pontoise (coordonnateur),

Université de Bologne,

Université de Padoue,

London College of Communication,

BauhausUniversität Weimar,

Ecole nationale d’études politiques et administratives,

Université de Bucarest,

Université de Varsovie,

Université Pan-européenne de Bratislava,

Nouvelle Université bulgare.

Projet

LEMEL est une étude comparative, internationale, en réseau. Son objectif est de connaître l’Europe présentée, décrite, analysée, représentée, imaginée dans les médias en ligne dans plusieurs pays européens. L’originalité de notre entreprise de recherche réside dans ses caractéristiques : une même grille d’analyse, une même période analysée, des corpus nationaux différents, des médias divers : site internet de médias (journaux, radios, télévisions) en ligne, journaux en ligne, plateformes collaboratives, blogs, réseaux sociaux, etc. Les notions centrales sont : espace médiatique européen, représentations, identification, événements médiatiques, thèmes européens, catégorisations, modes d’appropriation de l’Europe.

 

Nos questions de recherche sont les suivantes : Quelles représentations de l’Europe se forment dans, se formulent par, proposent les médias en ligne, lors du déroulement d’événements médiatiques, pendant des périodes normales (hors-événement européen majeur)?

Quelle relation entre les représentations retenues dans les médias et les stratégies de communication des institutions européennes (en amont)?

Quelle relation entre les représentations retenues dans les médias et l’expression de l’opinion publique via différents indicateurs (Eurobaromètres, sondages) et les votes nationaux aux élections européennes (en aval)?

Quelle est la spécificité des médias en ligne dans le traitement des questions européennes?

 

Si elle s’inscrit dans la foulée des recherches sur l’espace public européen (Le Cam, Utard, 2011, Brack et al, 2010, Fossum, Schlesinger, 2007, Machil, Beiler, Fischer, 2006, Baisnée, 2006, Eriksen, 2005, Marchetti, 2004, Garcia, Le Torrec, 2003, Risse, van de Steeg, 2003, de Vreese, 2001 et 2004, Badie, 2000, etc.), notre recherche se concentre également sur l’agenda médiatique européen, sur les représentations de l’Europe et donc sur la constitution d’un espace européen commun (Mercier, 2003; Dacheux, 2005, 2008). Nous privilégions l’analyse du discours médiatique, mais n’occultons pas l’analyse du contenu (Petithomme, 2011).

Les médias en ligne n’ont jamais été la préoccupation principale des chercheurs (la télévision et les principaux quotidiens ont été le plus souvent privilégiés, ex. Kopper, 2007). Mais les derniers Eurobaromètres démontrent une progression sensible de la confiance des Européens en Internet et une utilisation massive de ce média. Accompagner cette progression d’Internet d’une recherche sur l’évolution de la présence médiatique de l’Europe est d’autant plus pertinent pour la compréhension de la structuration des représentations du passé, des discours sur l’histoire en Europe. La rapidité de la circulation de l’information, la facilité de la citation en ligne (par l’utilisation de l’hyperlien ou pas), la polyphonie qui accompagnent ce média contribuent à son rôle prescripteur des attitudes envers l’intégration ou le projet européen dans son ensemble. L’aisance de juxtaposition de discours et contre-discours (Amossy, 2011; Aubussier, Ramoneda, 2015) permet aussi de saisir le circuit de formulation de représentations (Moscovici, 1961) de l’Europe.