Réseau

Huit pays partenaires font actuellement partie du réseau LEMEL :

Université de Cergy-Pontoise (coordonnateur),

Université de Bologne,

Université de Padoue,

London College of Communication,

BauhausUniversität Weimar,

Ecole nationale d’études politiques et administratives,

Université de Bucarest,

Université de Varsovie,

Université Pan-européenne de Bratislava,

Nouvelle Université bulgare.

Projet

LEMEL est une étude comparative, internationale, en réseau. Son objectif est de connaître l’Europe présentée, décrite, analysée, représentée, imaginée dans les médias en ligne dans plusieurs pays européens. L’originalité de notre entreprise de recherche réside dans ses caractéristiques : une même grille d’analyse, une même période analysée, des corpus nationaux différents, des médias divers : site internet de médias (journaux, radios, télévisions) en ligne, journaux en ligne, plateformes collaboratives, blogs, réseaux sociaux, etc. Les notions centrales sont : espace médiatique européen, représentations, identification, événements médiatiques, thèmes européens, catégorisations, modes d’appropriation de l’Europe.

 

Nos questions de recherche sont les suivantes : Quelles représentations de l’Europe se forment dans, se formulent par, proposent les médias en ligne, lors du déroulement d’événements médiatiques, pendant des périodes normales (hors-événement européen majeur)?

Quelle relation entre les représentations retenues dans les médias et les stratégies de communication des institutions européennes (en amont)?

Quelle relation entre les représentations retenues dans les médias et l’expression de l’opinion publique via différents indicateurs (Eurobaromètres, sondages) et les votes nationaux aux élections européennes (en aval)?

Quelle est la spécificité des médias en ligne dans le traitement des questions européennes?

 

Si elle s’inscrit dans la foulée des recherches sur l’espace public européen (Le Cam, Utard, 2011, Brack et al, 2010, Fossum, Schlesinger, 2007, Machil, Beiler, Fischer, 2006, Baisnée, 2006, Eriksen, 2005, Marchetti, 2004, Garcia, Le Torrec, 2003, Risse, van de Steeg, 2003, de Vreese, 2001 et 2004, Badie, 2000, etc.), notre recherche se concentre également sur l’agenda médiatique européen, sur les représentations de l’Europe et donc sur la constitution d’un espace européen commun (Mercier, 2003; Dacheux, 2005, 2008). Nous privilégions l’analyse du discours médiatique, mais n’occultons pas l’analyse du contenu (Petithomme, 2011).

Les médias en ligne n’ont jamais été la préoccupation principale des chercheurs (la télévision et les principaux quotidiens ont été le plus souvent privilégiés, ex. Kopper, 2007). Mais les derniers Eurobaromètres démontrent une progression sensible de la confiance des Européens en Internet et une utilisation massive de ce média. Accompagner cette progression d’Internet d’une recherche sur l’évolution de la présence médiatique de l’Europe est d’autant plus pertinent pour la compréhension de la structuration des représentations du passé, des discours sur l’histoire en Europe. La rapidité de la circulation de l’information, la facilité de la citation en ligne (par l’utilisation de l’hyperlien ou pas), la polyphonie qui accompagnent ce média contribuent à son rôle prescripteur des attitudes envers l’intégration ou le projet européen dans son ensemble. L’aisance de juxtaposition de discours et contre-discours (Amossy, 2011; Aubussier, Ramoneda, 2015) permet aussi de saisir le circuit de formulation de représentations (Moscovici, 1961) de l’Europe.